Aux limites du diocèse

Aux limites du diocèse

Aujourd'hui, le diocèse de Limoges correspond exactement aux départements de la Haute-Vienne et de la Creuse. Mais autrefois ? C'est une question intéressante pour nos trois paroisses, qui sont aux frontières du diocèse.

  • le diocèse de Limoges a été fondé par St Martial ; les historiens s'accordent à peu près pour dire qu'il a vécu au III° siècle (siècle s'étendant de 201 à 300 après Jésus Christ), donc la fondation du diocèse remonte très probablement à la seconde moitié du III° siècle ;
  • à cette époque, le territoire du diocèse était celui de la cité romaine des Lémovices, qui correspond grosso-modo à l'ensemble des trois départements limousins (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne) ;
  • mais en ce temps-là, la notion-même de "frontière" entre les cités romaines était relativement floue ; elle s'est précisée lentement, au fil des siècles, avec le défrichement progressif des forêts qui occupaient l'essentiel des zones interstitielles entre les villes, et l'implantation d'habitations (ou parfois de monastères) dans les clairières, habitations qui, au fur et à mesure de leur extension, sont devenues des villages, puis des paroisses ;
  • c'est ainsi que, dans l'est creusois, les douze paroisses de Basville, Chard, Châtelard, Crocq (sans Montel-Guillaume), Dontreix, Lioux-les-Monges, Mautes, La Mazière-aux-Bons-Hommes, Mérinchal, Saint-Bard, Saint-Oradoux-près-Crocq et La Villeneuve se sont trouvées dans le diocèse de Clermont ;
  • par une bulle du 13 août 1317, le pape Jean XXII (natif de Cahors...) crée le diocèse de Tulle, en détachant la partie sud du diocèse de Limoges (le "Bas Limousin") ; mais les limites de ce nouveau diocèse de Tulle ne correspondent pas à celles du département actuel de la Corrèze ; en particulier, tout le secteur d'Ussel reste dans le diocèse de Limoges ;
  • à la Révolution, les diocèses catholiques sont supprimés et remplacés par des diocèses constitutionnels départementaux (non reconnus par le pape Pie VI) ; c'est ainsi que, de 1790 à 1801, a existé un diocèse constitutionnel de la Creuse ; remarquons que ce libellé ne permet pas de savoir où était la chaire (en latin : cathedra) de l'évêque constitutionnel ; toutefois, en Creuse, il n'y a guère d'incertitude ; vu que le chef-lieu, Guéret, était bien au centre du département, c'est certainement là que siégeait l'évêque constitutionnel, tout près du Commissaire de la République (l'actuel préfet) et sous sa surveillance...
  • en 1801, le concordat entre la République Française (dirigée par le Premier Consul Napoléon Bonaparte) et le Saint-Siège (sous le pontificat de Pie VII) recrée 30 diocèses en France, dont celui de Limoges, qui se compose cette fois-ci des trois départements limousins (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne) ; dans l'est creusois, il garde donc les douze paroisses enlevées au diocèse de Clermont en 1790 : ni vu ni connu, et hop je t'embrouille !
  • en 1822, le diocèse de Tulle est recréé par Pie VII ; dans son nouveau découpage, il reprend exactement et intégralement le département de la Corrèze ; le diocèse de Limoges garde donc les départements de la Creuse et de la Haute-Vienne, sans modification jusqu'à nos jours.