Saint  Marien  en  Combrailles

P. Philippe Padilla, Curé

Nos contacts

Secrétariat commun des trois paroisses : 
30 bis Grande rue, 23130 Chénérailles - 05 55 80 75 90 - 
doyenne.estcreuse@gmail.com

Contacts :
P. Philippe Padilla, curé
P. Joseph Inizan, aumônier de l'Ehpad de Chambon sur Voueize (05 55 82 02 91)

Adresses :

  • Paroisse et relais d'Evaux : Presbytère, 3 rue du Calvaire, 23110 Evaux les Bains - 05 55 65 52 06 ; paroisse.stmarien@orange.fr - Accueil et permanence : lundi 14h/16h30   
  • Relais d'Auzances : 7 rue Rousseau, 23700 Auzances - 05 55 67 03 61 - relaisauzances@gmail.com - Accueil et permanences : jeudi 9h/12h
  • Relais de Mérinchal : 8 rue du Couvent, 23420 Mérinchal - 05 55 67 23 72 ou 05 55 67 26 12  - ursucreuse@orange.fr
  Un contact existe dans chaque commune et pour chaque église (se renseigner localement)

Liste  des  communes  de  la  paroisse  St  Marien  en  Combrailles

(entre parenthèses : le relais de rattachement : Au = Auzances ; Ev = Evaux ; Me = Mérinchal)
A > C
D > L
M > Z
Arfeuille-Châtain  (Au)
Auzances  (Au)
Brousse  (Au)
Budelière  (Ev)
Bussière-Nouvelle  (Au)
Chambonchard  (Ev)
Chambon-sur-Voueize  (Ev)
Chard  (Me)
Charron  (Au)
Châtelard  (Me)
Dontreix  (Au)
Évaux-les-Bains  (Ev)
Fontanières  (Ev)
La Serre-Bussière-Vieille  (Au)
Le Chauchet  (Ev)
Le Compas  (Au)
Lépaud  (Ev)
Les Mars  (Au)
Lioux-les-Monges  (Me)
Lussat  (Ev)
Mainsat  (Au)
Mérinchal  (Me)
Reterre  (Ev)
Rougnat  (Au)
Saint-Julien-la-Genête  (Ev)
Saint-Priest  (Ev)
Sannat  (Ev)
Sermur  (Au)
Tardes  (Ev)
Viersat  (Ev)

St Marien en Combrailles ou en Combraille ?

L'origine du nom des Combrailles - ou de la Combraille, certains disent même "le Combraille" au masculin - a été étudiée par le célèbre toponymiste français Albert Dauzat (1877-1955, né à Guéret).

Ô surprise, alors que la-ou-les Combraille-s est d'abord et avant tout un grand plateau du nord-ouest du Massif Central, son nom viendrait du mot celte "comboro", dérivé de la racine "cumba" qui signifie... vallée ! et qu'on retrouve d'ailleurs dans le mot "combe" (vallée parallèle au pli rocheux, dans le Jura et le nord des Alpes). L'explication la plus probable est que nos lointains prédécesseurs ont surtout remarqué les nombreuses et profondes vallées qui entaillent et divisent le plateau (la Creuse, la Rozeille, la Tardes, la Voueize, le Cher, la Bouble, la Sioule, le Sioulet et leurs affluents...)

Alors, Combraille au singulier ou au pluriel ? La géographie nous enseigne que cette région présente une indéniable unité physique (plateau doucement incliné vers le nord, rivières plutôt orientées sud-nord, nombreux étangs) et géologique (sol granitique avec quelques rares exceptions : les restes volcaniques qu'on retrouve de loin en loin dans le bassin de la Sioule, et qui sont d'ailleurs venus se superposer au socle granitique pré-existant). Sur le plan économique, les principales richesses sont l'agriculture (aujourd'hui surtout l'élevage bovin), la forêt, et l'exploitation du sous-sol (charbon et autres minerais, carrières...), sur l'ensemble du territoire. Au plan linguistique, le dialecte parlé autrefois était assez homogène sur l'ensemble du plateau, intermédiaire entre les langues auvergnate et limousine ; il fait partie des langues où "oui" se dit "oc". On pourrait aussi gloser sur la moyenne d'âge des habitants d'aujourd'hui, moyenne sensiblement plus élevée sur l'ensemble du plateau que dans la France entière...

Mais derrière la Géographie paraît l'Histoire ! Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que les occupants du plateau et des vallées entrent en conflit et se partagent la Combraille, et pour qu'elle soit morcelée en principautés, duchés, comtés, vicomtés, baronnies, seigneuries, châtellenies, etc... qui se sont mis sous la protection de puissants voisins dans le système féodal. Progressivement s'est dégagé un fractionnement en trois entités principales :

  • la Combraille marchoise,
  • la Combraille auvergnate,
  • la Combraille bourbonnaise.

La Révolution supprime les découpages féodaux et rebat les cartes, mais pas tant que ça dans les Combrailles ; c'est ainsi que, à quelques exceptions près,

  • la Combraille marchoise est rattachée au département de la Creuse (23),
  • la Combraille auvergnate rejoint le département du Puy de Dôme (63),
  • et la Combraille bourbonnaise s'intègre au département de l'Allier (03).
L'examen des numéros de départements démontre une application originale de la règle de trois ! Plus sérieusement, le découpage des diocèses actuels (Limoges, Clermont, Moulins) suit exactement le découpage des départements.

Une conclusion s'impose : la Combraille est au singulier sur les plans de la géologie et de la géographie physique, économique et humaine, et au pluriel sur les plans historique et administratif. L'évêque de Limoges qui a attribué à notre paroisse le nom de "St Marien en Combrailles" avec un s final, a donc sans doute voulu privilégier cet aspect administratif et historique : "St Marien parmi les trois Combrailles, sur lesquelles rayonne équitablement Saint Marien qui a quand même préféré rester chez nous et pas chez les deux autres"... Et toc !

À noter encore que certains Creusois utilisent "Combraille" au singulier pour désigner la Combraille marchoise, et "Combrailles" au pluriel pour nommer le regroupement des deux autres !

Pour toute information...

Adressez-vous au secrétariat de la paroisse,  ou envoyez-nous un message ici !